• L’Objet en question(s): Table de béton imprimée LOVE ME par l’artiste le Sonneur

    La rubrique “L’objet en question(s)” présente des portraits d’objet ou de séries d’objets, par leurs créateurs: l’histoire de leur genèse, leurs contraintes, leurs enjeux… Aujourd’hui, c’est l’artiste Le Sonneur qui nous présente sa première création de mobilier, « LOVE ME » une table de béton imprimée grâce à un procédé de fabrication innovant développé par Lyon Béton. Interview :

    Pourriez-vous nous décrire votre projet en quelques mots?
    « LOVE ME » est une table basse constituée d’un plateau de béton carré imprimé fixé sur un structure de fins tubes d’acier. Elle est éditée en 8 exemplaires par le fabricant Lyon Béton et proposée en 2 formats, 75 x 75 x 30 cm et 100 x 100 x 30 cm.

    Comment ce projet vous a-t-il été confié?
    Lors de la Urban Art Fair 2018 de Paris, en compagnie d’autres street artistes français comme Miss Tic, Chanoir, Gregos, Kashink, Jordane Saget ou Gum, j’ai présenté à la Galerie Frag des œuvres sur un support béton innovant appelé Frag produit par le fabricant Lyon Béton.

    Sur ce support aux allures de toiles en béton, j’ai collé quelques unes de mes sonnettes rouges et j’ai dessiné des silhouettes mystérieuses entrevues dans des trous des serrures, des pièces en séries imitées imprimées sur béton avec une finition Fine Art. Pour prolonger l’expérience sur béton, l’équipe de la galerie Frag et le fabricant Lyon Béton m’ont proposé de réaliser une table en béton, sur la base d’une table archétypale en béton et acier. Avant moi, les artistes Chanoir ou Jordan Saget par exemple s’étaient prêtés au jeu. C’était à mon tour d’imaginer ma table basse et d’en décorer le plateau.
    Un support inédit pour moi et une première incursion dans l’univers du mobilier ! Un projet particulièrement excitant !

    Quels étaient, selon vous, les principales contraintes et les principaux enjeux de ce projet?
    Pour ce projet, il s’agissait de concevoir un motif décoratif qui serait imprimé sur le béton du plateau de cette table. L’idée était donc de tirer profit de cette technique d’impression que je n’avais jamais expérimenté et qui permet une grande finesse d’exécution.

    Quel était votre concept ou votre idée de départ?
    Il y a quelques mois, la curatrice et conférencière Anaïs Montevecchi et Les Galeries Pour Tous m’ont invité à participer au cycle d’événements « L’amour court toujours ». Tout est dans le titre, le thème de l’amour inspire justement mon travail depuis le départ, fil conducteur des histoires que je raconte dans mes œuvres. Pour l’occasion, j’ai réalisé une installation dans le tombeau des amants mythiques Héloise et Abélard, dans l’enceinte de L’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Un lieu hautement symbolique, témoin d’une passion contrariée et tragique, particulièrement inspirant. Jusque dans la mort, les deux amants sont liés et leurs tombes séparée…

    Deux caveaux aujourd’hui murés et fermés de portes, des portes que j’ai habillées d’un ruban rouge « Love Me », inspiré des rubans jaunes marquants les scènes de crime… Et c’est cette installation qui a inspiré cette table « LOVE ME ».

    Pourquoi le projet a-t-il, au final, cette forme et ce ou ces matériaux?
    Pour cette première incursion dans l’univers du mobilier, je voulais faire de cette table un objet décoratif et un objet racontant une histoire, jouant sur les symboles, mais aussi un objet usuel, dont le dessin conditionne et permet des usages et des pratiques. Inspirée de l’installation du tombeau d’Héloise et Abélard, cette table s’habille d’un motif de ruban colorée.

    Au premier coup d’oeil, elle semble encore emballée et sanglée de ruban adhésif. Ces rubans rouges zèbrent le plateau et s’entrecroisent, dessinant des espaces interstitiels de différentes tailles, des zones pour y poser ses objets du quotidien, un verre ou une pile de livres, comme sur les cases d’un échiquier amoureux tourmenté .

    Qui étaient vos interlocuteurs chez votre client, et avec qui avez-vous du collaborer?
    J’ai eu la chance que Lyon Béton me donne carte blanche en me proposant de faire cette collection capsule. Et c’est avec les équipe de la Galerie Frag et de Lyon Béton que j’ai collaboré.

    Au total, combien de personnes ont travaillé sur ce projet?
    Les artisans de Lyon Béton qui ont réalisé le piétement et le plateau et enfin leur partenaire imprimeur qui a imprimé le motif sur béton… et moi à la conception.

    Sur combien de temps s’est déroulé ce projet?
    La création a duré plusieurs semaines. Le projet, simple en apparence, a fait l’objet de pas mal d’essais, que ce soit dans le dessin des motifs pour le modèle 75×75 et pour le modèle 100×100, dans son calage et dans les tests d’impression.

    Et pour finir, où en est ce projet?
    Les premiers retours sont bons et enthousiastes ! La table sera disponible à la vente dans quelques jours sur le site de Lyon Béton. En 7 exemplaires et non plus 8… puisque la première vient tout juste d’être livrée à un collectionneur qui l’avait découverte sur mon compte instagram la semaine dernière.

    -

    Photographies : © Le Sonneur

    Pour découvrir plus d’œuvres du Sonneur, visitez son site internet.

    Sur le même thème, retrouvez plus d’interviews de designers en visitant notre rubrique l’Objet en question(s).


    Laisser un commentaire